Ptose

La ptose mammaire est la descente des seins, liée à la distension de la peau et à la fonte de la glande.

Le sein est trop bas, ainsi que l’aréole, et souvent déshabité dans sa partie supérieure.

Cette ptose survient souvent à la suite des grossesses, ou après un amaigrissement important.

Par ailleurs, le sein peut être de volume satisfaisant ou trop petit.
(si trop gros : lien hypertrophie mammaire)

Les patientes consultent pour deux raisons, généralement intriquées :
- la gêne physique et la gêne psychologique.

- L’aspect du thorax est triste, prématurément vieilli. La femme se sent trahie par son physique, alors qu’elle est encore jeune. Même sans regret, elle a le sentiment de « payer cher » le fait d’avoir eu des enfants ou d’avoir perdu 10 kilos.

- Même si le conjoint la trouve « très bien comme ça », c’est pour elle qu’elle veut faire cette intervention, car c’est déprimant de se voir ainsi dans le miroir.

- Quand on se sent mal avec soi-même, on est moins bien avec les autres.

- Malgré l’importance de ces troubles, cette intervention n’est jamais prise en charge par l’assurance maladie.


OBJECTIFS
L'intervention chirurgicale a pour but de remettre l’aréole et le mamelon en bonne position, de reconcentrer et de remonter la glande, de retirer la peau en excès, et si besoin de rajouter du volume en mettant une prothèse.

On obtient ainsi une belle poitrine harmonieuse, joliment galbée, bien à sa place et en rapport avec la morphologie de la patiente et avec ses souhaits.


PRINCIPES
L’intervention consiste à remodeler le sein en agissant la glande et la peau ; la glande est concentrée et placée en bonne position. Si besoin, une prothèse est mise en place. Puis la peau est redrapée, la peau en excès est enlevée.

Habituellement, les cicatrices seront périaréolaire et verticale (entre l’aréole et le sillon sous mammaire). Dans les cas plus importants, on sera obligé de rajouter une cicatrice horizontale sous mammaire.


QUAND ?
Une plastie mammaire pour ptose peut être effectuée à partir de la fin de la croissance, et, au-delà, pendant toute la durée de la vie.

Une grossesse ultérieure est évidemment possible, ainsi que l’allaitement ; cependant il est préférable d’attendre six mois après l’intervention : les modifications de poids dues à la grossesse, ainsi que les bouleversements hormonaux, risqueraient de nuire à l’évolution des cicatrices.
Rappelons que les cicatrices évoluent durant environ douze à dix huit mois.

Le risque de cancer n’est pas augmenté par cette intervention.
A partir de l’âge de trente cinq ans, je souhaite une mammographie datant de moins de un an ; de même, chez les femmes ayant des antécédents particuliers de pathologie mammaire.


AVANT L’ INTERVENTION
Voir le chapitre « Informations générales »

IL EST INTERDIT DE PRENDRE DE L’ASPIRINE DANS LES DIX JOURS QUI PRECEDENT  L’ INTERVENTION.


L’ INTERVENTION
Cette intervention est pratiquée sous anesthésie générale, avec une hospitalisation de deux nuits.

Elle dure environ deux heures. ( il y a deux cotés !)

Il n’y  a pas de transfusion sanguine.

Un premier pansement  avec des bandes élastiques est confectionné en post-opératoire.


LES  SUITES  OPÉRATOIRES
C’est une intervention peu douloureuse. Cependant, nous sommes très attentifs à la douleur, et vous recevrez les traitements nécessaires.

Le pansement sera changé à 24 heures, et remplacé par un soutien-gorge de sport. Il y aura des ecchymoses, et un peu d’œdème.

De retour chez vous, vous éviterez de porter des choses lourdes, et de conduire sur de longues distances.

Le pansement sera changé 2 fois par semaine : 1 fois par l’infirmière à domicile, 1 fois lors de ma consultation. Les fils sont enlevés à 2 semaines.

Il n’y a pas d’arrêt de travail, vous devez donc prévoir de prendre au moins 10 jours de congé.

Le port du soutien-gorge de sport (si possible, s’ouvrant par devant) est conseillé pendant un mois.

L’activité sportive est reprise à 2 mois.


LE  RÉSULTAT
Le résultat se met en place doucement dans les semaines qui suivent l’opération, et vous aurez déjà une bonne idée du résultat à 6 semaines.

Vous reviendrez à ma consultation au bout de 2 mois, 6 mois et un an, afin que je puisse surveiller l’évolution des cicatrices.

Le résultat définitif de cette opération,  le galbe,  la symétrie,  le naturel,  l'atténuation des cicatrices sont jugés un an après  l'intervention.

Au-delà du résultat sur la poitrine, cette intervention apporte en général un bien-être et un vrai renouveau psychologique, parfois même un « nouveau départ » dans la vie.


LES IMPERFECTIONS
- les cicatrices :
Elles sont habituellement de très belle qualité, s’estompent en une année mais sans disparaître complètement. Elles suivent l’évolution habituelle de toutes les cicatrices : très belles le premier mois, rosées  au deuxième et troisième mois, puis se calment en six à douze mois.

Rappelons aussi, que le chirurgien fait la cicatrice, mais c’est la patiente qui fait la cicatrisation.

- des petites imperfections de forme ou de volume peuvent exister.
Si besoin, une correction chirurgicale pourra être faite, après une année d’évolution.


LES  COMPLICATIONS
Toute intervention chirurgicale comporte des risques.

L’immense majorité des interventions se passe sans complication.

Elles sont exceptionnelles :
- hématome,
- infection,
- modifications temporaires de la sensibilité des mamelons,
- cicatrices hypertrophiques,
- phlébite.

Et aussi, les risques liés à l’anesthésie, dont vous aurez tout le temps de parler lors de la consultation avec l’anesthésiste.

En choisissant un Chirurgien Plasticien qualifié et compétent, travaillant dans une clinique présentant toutes les garanties de sécurité, et l’accréditation « Spéciale Chirurgie Esthétique », vous limitez au maximum les risques.